Abbatiale de Payerne, Salle capitulaire
© Abbatiale de Payerne, Salle capitualaire

Sites clunisiens

Comme de nombreux hauts-lieux de l'architecture romane, tels que Vézeley, Moissac, Romainmôtier, le monastère de Payerne était dépendant de l'Abbaye de Cluny (Bourgogne). A son apogée, celle-ci était à la tête d'un réseau de plus de 1400 maisons réparties à travers toute l'Europe occidentale. Durant sa période clunisienne, le prieuré payernois avait lui-même plusieurs dépendances dans ses environs immédiats (Corcelles-près-Payerne, Missy, Trey, Sassel...) mais aussi plus loin en Suisse (Pont-la-Ville, Chiètres, Bassins, Baulmes, dont dépendait Montcherand, en Alsace actuelle (Wintzenheim, Huttenheim et Colmar) ou dans le Pays de Gex (Prévessin et Léaz).

Au Moyen-âge, pour maintenir vivant ce gigantesque réseau, le contrôler et l'exploiter, des visiteurs clunisiens parcouraient régulièrement des milliers de kilomètres chaque année. Aujourd’hui, la Fédération européennes des sites clunisiens cherche à favoriser et rétablir ces liens que l’ecclesia cluniacensis a tissés. Payerne, tout comme sa ville jumelle Paray-le-Monial, en est membre fondateur. Reconnue « Grand itinéraire culturel » par le Conseil de l'Europe, la Fédération met en relations élus locaux, responsables du patrimoine, association touristiques, chercheurs et amateurs d'art et d'histoire. Elle est active en France, en Suisse, en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Espagne et en Pologne et a son siège à Cluny.

 

Le projet Clunypedia, initié par la Fédération européenne des sites clunisiens, rassemble le savoir clunisien et propose des ressources destinées tant au grand public qu'aux chercheurs. Un chemin clunisien balisé relie les sites suisses.